News

Actu

Swann Decamme et Mark Howls invitent à la curiosité

 

Raison d’être de Curiosity Music, la notion de curiosité est au cœur de son cinquième EP, produit par Swann Decamme, fondateur du label, et Mark Howls, son fidèle «partner in crime». Les deux jeunes Français y ont réuni deux titres, Curiosity et Greedy, composés en Nouvelle-Aquitaine. Au menu également, deux excellents remixes de Greedy proposés par l’Italien Stiv Hey et le Suisse John Haden. En attendant la sortie de cet EP, le 27 février, Swann et Mark, alias Baptiste Toutant, évoquent sa genèse, mais aussi leur rencontre et leur processus créatif.

 

CURIOSITY MUSIC : Curiosity est le track qui a donné son nom au label. Quand, où et comment a-t-il été créé?

SWANN DECAMME : J’ai eu l’idée de fonder un label en novembre 2015, un mois après avoir créé ce track. Effectivement, c’est ce titre et cette notion de curiosité qui m’ont inspiré le nom du label. Nous avons composé Curiosity dans le studio de Mark Howls à Saintes, tout comme l’autre track, Greedy, produit en juillet 2015.

MARK HOWLS : Si ma mémoire est bonne, ce titre est né à 8h12 lors d’une froide matinée d’hiver!

 

C.M. : Faut-il considérer Curiosity comme l’hymne du label, ou juste une ode à la curiosité?

S.D. : Un hymne, non, pas du tout. Je le vois plutôt comme une modeste invitation à rester curieux, en éveil.

 

C.M. : Percevez-vous la curiosité comme une vertu ou un vilain défaut?

S.D. : Peut-être un peu les deux, mais pour produire de la musique, ça me semble plutôt être une qualité.

M.H. : En ce qui me concerne, c’est une vertu qui me pousse à chercher toujours plus loin et explorer de nouveaux horizons musicaux.

 

C.M. : En anglais, Greedy signifie gourmand ou avide. Laquelle de ces deux notions avez-vous souhaité illustrer dans le deuxième track de cet EP?

S.D. : On peut aussi le traduire par «vorace», qui me semble être le terme le plus approprié. Greedy est une sorte de rouleau compresseur techno/minimal. Plus on avance dans ce track, plus on se laisse avaler par le son. Là, le terme «Greedy» veut tout dire !

M.H. : Curiosity et Greedy sont très minimalistes. Notre but était de produire des tracks hypnotiques grâce à des effets de répétition. À l’écoute de Greedy, nous avons partagé l’impression que ce titre nous dévorait, comme si nous avions créé un être avide d’oreilles curieuses.

 

C.M. : Vous avez publié ensemble ou séparément de la musique sur de nombreux labels, dont Monique Musique, Funk’n Deep, Sensum Digital, Black Swan, Dark Face, Frequenza, Sounds of Earth et Comade. Pourquoi avoir réservé ces deux titres à Curiosity Music?

S.D. : En l’espace de six mois, nous avons composé ensemble deux fois quatre titres. J’ai proposé à Mark d’associer Curiosity et Greedy sur un même EP, car ils me semblaient matcher parfaitement. Et comme nous voulions garder le meilleur pour Curiosity Music, nous ne pouvions pas publier ces deux tracks-là ailleurs!

 

C.M. : Comment avez-vous choisi Stiv Hey et John Haden, les deux remixeurs de Greedy?

S.D. : John est un ami. Nous nous entendons super bien et avons déjà collaboré plusieurs fois ensemble, aussi bien dans le sud de la France, où j’ai longtemps vécu, qu’en Suisse, où il est installé, près de Zurich. Je suis super heureux du résultat. C’est un remix très profond, mélodique et hypnotique, un style assez inhabituel venant de Silvan, dont les productions sont généralement plus sombres. Pour moi, c’est une petite merveille qui signe le début d’une nouvelle ère pour lui. Nous avons sollicité Stiv Hey pour son style et sa patte, que j’apprécie beaucoup. Je joue régulièrement ses productions et j’adore ses lives en club. Je suis très fier et heureux qu’il ait accepté.

 

C.M. : Comment fonctionne votre duo? Chacun a-t-il une place bien définie ou votre travail diffère-t-il d’une production à l’autre?

M.H. : Nous nous retrouvons trois à quatre semaines par an, dans mon studio ou chez Swann. Nos sessions de production débutent généralement par une promenade d’enregistrement en extérieur. Les sons que nous recueillons font office de banque de samples pour notre semaine de travail et nous guident vers un univers particulier. On ne peut pas dire que chacun ait une place bien définie. C’est très évolutif : quand l’un est devant un synthé, l’autre est face à son ordinateur, et vice versa.

S.D. : Mark est mon «partner in crime». Nous nous entendons super bien en studio, tout se passe très naturellement! L’organisation dépend un peu du lieu où nous nous retrouvons. En plus des sons enregistrés dans la nature lors de nos balades matinales, nous travaillons aussi avec des synthétiseurs analogiques, des voix – souvent la mienne  –  et de bons drums – Mark dispose d’énormes banques de samples – sans oublier un bon pack d’eau minérale!

 

C.M. : Comment vous êtes-vous rencontrés?

S.D. : Nous sommes entrés en contact via SoundCloud en novembre 2013, si je me souviens bien.

M.H. : Puis nous nous sommes rencontrés le 14 février 2014 (jour de Saint-Valentin!) à l’occasion d’une soirée organisée avec des amis où j’avais booké Swann. Notre duo et notre premier EP sont nés dès le lendemain!

 

C.M. : Peut-on imaginer vous voir évoluer ensemble un jour en DJ set ou en live?

S.D. : En DJ set, bien sûr, nous pourrions partager un plateau sans problème! D’ailleurs, nous l’avons fait lors d’une soirée à Saintes le 17 janvier 2016. Pour un live, pourquoi pas. C’est une bonne idée à explorer!

M.H. : Qui sait, pourquoi pas!

 

Avant de découvrir ce nouvel EP, voici QI, l'une des précédentes productions de Swann Decamme et Mark Howls.