News

Actu

Sublimer la peur en énergie créatrice

Le 6 juin 2013, alors qu’ils venaient de traverser la frontière entre la Turquie et la Syrie, les journalistes français Didier François, grand reporter à Europe 1, et Édouard Élias, photographe indépendant envoyé par ce même média, avaient été enlevés par un groupe djihadiste proche de Daech. Le début de dix mois de détention dans des conditions rudes et essentiellement dans des sous-sols proches des lignes de front, au cœur d’une guerre sanglante dont on commence à peine aujourd’hui à percevoir le terme. Dix mois terribles aussi pour leurs proches, tiraillés entre l’espoir de les revoir vivant et la peur du pire. Fort heureusement, l’issue s’est avérée positive en avril 2014.

Connaissant personnellement Édouard Élias, Loïs Capelli a été très marqué par son enlèvement. De cette longue période d’angoisse est né un morceau, sobrement intitulé Syria. Armé d’un arpégiateur résonnant comme la bande-son d’une longue traque et muni d’un rythme qui court, d’une basse pleine de rebond et d’un synthétiseur, le producteur, placé au centre de ce récit sonore, tente de fuir au rythme des notes. Une sorte de catharsis invitant chacun à affronter ses propres peurs… peut-être pour mieux les dépasser.

Loïs Capelli a baigné dans l’univers des musiques électroniques dès son adolescence, lorsqu’il s’est retrouvé immergé un peu par hasard au beau milieu d’une free party. Cette expérience initiatique lui a fait prendre conscience de l’importance de la culture et de la musique underground. Il n’avait que seize ans quand il s’est lancé dans la composition, tâtonnant parmi les divers logiciels à sa disposition. En parallèle, il s’est mis à mixer, et ses prestations remarquées lui ont rapidement permis de se faire un nom dans la région avignonnaise, où il a grandi, et de se produire régulièrement à Montpellier. Depuis 2013, il a notamment joué aux côtés de Magda, Gaiser, Reboot, Adam Beyer, Popof, T47 ou encore Joop Junior. Aimant faire voyager son public avec des sonorités à la fois sombres et mélodieuses, dans une atmosphère subtile et énergique, il ne perd jamais de vue la production, qui conserve une grande importance à ses yeux.

Inspiré par ce titre résolument engagé, Silvan Borer, jeune illustrateur de talent établi en Suisse alémanique, a retranscrit visuellement son ressenti à l’écoute. “Mon intention était d’exprimer ce qu’évoque en moi cette musique d’un point de vue auditif. Ainsi, les sons trippy ont été convertis en une illustration surréaliste qui montre le microcosme construit par Loïs Capelli et retranscrit en un scénario onirique avec un moment narratif”, explique Silvan, également connu sous le pseudonyme de John Haden pour sa riche production musicale publiée par de nombreux labels.

Ce deuxième Hors-Série de Curiosity Music est disponible dès aujourd’hui en téléchargement libre. À écouter et à partager sans modération.